Sortie d’une école d’art graphique, puis diplômée de l’école Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris DNSAP, Inti Ansa est arrivée en France à l’âge de sept ans. Elle se revendique véritablement de culture française.

Sa petite enfance reste bien évidemment très présente dans son identité. Empreinte de deux histoires, il lui reste celle de ses origines, des perceptions sensorielles, lesquelles influencent forcement son travail de manière parfois inconsciente ou volontaire.

Ses études en art graphique ont permis à Inti Ansa d’acquérir une certaine rigueur technique dont elle a du mal à se débarrasser.

Son expression artistique explore la limite, la tension entre deux espaces. Elle s’interroge et expérimente la cohabitation. Elle instaure même, par moments, un certain malaise visuel. Derrière une apparence qui se veut sympathique, elle dissimule une certaine gravité, usant de contrastes et de représentations symboliques.

“L’inquiétante étrangeté n’est jamais bien loin, portée par des objets ou personnages congrus, qui viennent bouleverser la belle ordonnance d’une fracture où dominent la précision et la lisibilité de l’œuvre.”

Pascal PERROT

Entre 2011 et 2014, Inti Ansa entreprend plusieurs voyages en Amérique latine à la recherche de ses origines. Ce qui l’amène à explorer l’univers du Muralisme. Toujours en lien avec sa démarche, elle collabore avec des artistes locaux une fusion plastique lui permettant d’explorer les tensions et les limites par le mouvement des corps dans un espace donné et par l’union des cultures respectives.

Lors de ses voyages, elle peint notamment en Argentine, au Chili et en Bolivie. C’est pourquoi, en dehors de ses toiles, elle développe aussi son travail hors de l’atelier.

Elle se confronte aux différents matériaux urbains, utilisant la force du corps comme prolongement du pinceau. En immersion totale, tant par le geste que l’environnement, elle se confronte aussi au contact direct du regard et de la présence des spectateurs.

L’intimité n’est plus lorsque l’acte de peindre est exposé. Ainsi par ces échanges qui motivent sa démarche, émerge une contribution collective nourrissant la création.

Le mur une fois peint, continue d’évoluer aux grés des intempéries et des interventions extérieures ; quelque chose apparaît et s’additionne. Elle trouve cela très inspirant, ce qui nourrit sa propre démarche.

Depuis 2018, son travail se concentre en atelier. Ses derniers travaux traitent le lieu, en se référant à ses voyages pour explorer l’espace et la trajectoire.

Par ses prises de position, Inti Ansa aborde à la fois une recherche graphique et émotionnelle.