La vie me traverse imprégnée par son empreinte ; je porte les stigmates du temps.
Je ne mens pas.
Sans accoutrements, ma vulnérabilité s’affiche nue.
Parfois fort et vigoureux, parfois fatigué et abîmé.
Souvent cabossé par les épreuves que mon âme m’inflige ou que m’inflige la vie.
Je puise ma force dans mon intériorité.
Simplement je veux être… et je suis.
Tel un mécanisme, chaque rouage servant l’instinct de survie.
Je me maintiens debout, cheminant contre vents et marées.
Je suis habitée par l’envie, celle d’exister.
L’obscurité diluvienne dévoile la lumière tel un arc-en-ciel émergeant au travers d’un prisme.
De rouille soit-elle ou d’os, ma bâtisse témoigne dans tout l’éclat de sa beauté, mon passage ici.

Inti Ansa